European Union flag

Les dangers d’une Europe affaiblie

CAMBRIDGE – Voici presque un demi-siècle, après une période où l’Amérique s’était surtout préoccupée du Viêt-Nam et de la Chine, le secrétaire d’État Henry Kissinger, avait déclaré que 1973 serait l’« année de l’Europe ». Plus récemment, après que le président Barack Obama définit le « pivot » stratégique des États-Unis, à savoir un rééquilibrage vers l’Asie, de nombreux Européens s’inquiétèrent d’un désintérêt américain. Aujourd’hui, avec la crise des réfugiés, l’occupation par la Russie de la partie orientale de l’Ukraine et son annexion illégale de la Crimée, avec la menace, de surcroît, d’un retrait britannique de l’Union européenne, 2016 pourrait être, par nécessité, une autre « année de l’Europe » pour la diplomatie américaine.

Formules mises à part, l’Europe concentre d’impressionnantes ressources de puissance, et l’intérêt vital des États-Unis y est engagé. Si l’économie américaine est quatre fois plus importante que l’économie allemande, celle des vingt-huit États membres lui est équivalente et leur population, de 510 millions d’habitants, nettement plus nombreuse que les 320 millions d’Américains.

Certes, le revenu par habitant est plus élevé en Amérique, mais en termes de capital humain, de technologie et d’exportations, l’UE est tout à fait l’égale économique des États-Unis. Avant que n’éclate la crise de 2010 et les problèmes budgétaires en Grèce et ailleurs, qui inquiétèrent les marchés financiers, certains économistes s’attendaient à ce que l’euro remplace le dollar comme première monnaie de réserve mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/bxotYG5/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.