Démocratie vacillante

New York – Même avant que l’Ayatollah Ali Khamenei, guide suprême, décide d’asphyxier le peu de légitimité qui restait à la « démocratie vacillante » de l’Iran, ce système était déjà singulier. Les citoyens avaient le droit d’élire leur président, mais parmi des candidats approuvés par un Conseil des gardiens dont la moitié des membres était choisie par ledit guide suprême non élu.

Les seuls candidats autorisés à se présenter étaient des hommes aux références religieuses irréprochables, loyaux envers un régime dont les décisions importantes sont prises par des religieux non élus. Mir Hossein Moussavi, Premier ministre choisi en 1981 par feu l’Ayatollah Khomeiny, était de ceux-là.

Moussavi s’est présenté comme candidat réformiste en faveur de la liberté de la presse, des droits des femmes et de restrictions moindres de la vie privée des Iraniens. Il a aussi laissé entendre qu’il opterait pour un assouplissement des négociations avec les Etats-Unis.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sk9DwVk/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.