Credit cards Peter Macdiarmid/Getty Images

Enquête sur les dommages des faibles taux d’intérêt

WASHINGTON, DC – Pendant des années après la crise financière de 2008, les décideurs se sont félicités d'avoir permis d'éviter une seconde Grande Dépression. Ils avaient réagi à la récession mondiale en mettant en œuvre le type de relance budgétaire et monétaire keynésienne que le moment requérait.

Néanmoins, neuf ans se sont écoulés et les taux d'intérêt officiels sont toujours en vol stationnaire autour de zéro, alors que la croissance a été médiocre. Depuis 2008, l'Union européenne a affiché un taux de croissance annuel moyen lamentable, de seulement 0,9%.

Le large consensus keynésien qui a émergé immédiatement après la crise est devenu le dogme économique qui prévaut aujourd'hui: tant que la croissance reste inférieure à la normale et que l’inflation annuelle reste inférieure à 2%, stimuler davantage est jugé non seulement approprié, mais nécessaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/c11KnJx/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.