Chypre : l’occasion de la dernière chance

NICOSIE – Il est tentant d’interpréter les résultats des dernières élections législatives dans la partie nord de Chypre comme un sérieux revers pour le processus de paix. Les électeurs chypriotes turcs ont infligé un camouflet au parti du dirigeant de cette partie de l’île, Mehmet Ali Talat, qui depuis huit mois rencontre presque chaque semaine son homologue grec, Demetris Christofias, pour négocier une réunification de l’île.

L’issue de ces élections a toutefois plus à voir avec les difficultés économiques qu’avec les pourparlers de paix. Les électeurs ont voté pour protester contre l’isolement économique, aggravé par la récession mondiale. Mais même si Talat a perdu sa majorité parlementaire, il reste à la tête de l’administration chypriote turque et continuera à négocier au nom de la partie nord de l’île. Talat et Christofias persistent à vouloir trouver une solution dans le cadre des pourparlers de réunification, malgré les difficultés rencontrées.

Ces élections soulignent néanmoins le fait que le temps commence à manquer pour trouver une solution au problème chypriote. Talat a fixé l’élection présidentielle de 2010 comme échéance pour parvenir à un accord, tandis que Christofias est de son côté confronté à une opposition politique au sein de sa coalition.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/WsPzOwn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.