Paul Lachine

Les stars financières derrière les barreaux?

CHICAGO – Aux Etats-Unis, il ne se passe pratiquement aucun jour sans qu’un nouvel accord intervienne entre une banque et une agence gouvernementale ou de régulation. Le dernier en date est celui entre Bank of America et l’assureur d’hypothèque soutenu par le gouvernement Fannie Mae : 3,55 milliards de dollars en cash ; 6,75 milliards de dollars en rachats de prêts hypothécaires douteux que Countrywide, racheté ultérieurement par BoA, avait vendus à Fannie ; et un montant de 1,3 milliards de dollars de cash supplémentaire pour résoudre les litiges entre Fannie et BoA concernant le paiement des intérêts.

Et pourtant, comme dans la plupart des accords, BoA n'a pas admis sa faute. BoA a-t-elle été victime de malchance ou a-t-elle fait preuve de négligence ? Est-ce que BoA et d’autres institutions financières ont agi avec l'intention de tromper les investisseurs ?

A cause de l’accord, nous ne pourrons jamais connaître la vérité (au moins la version qui est établie au-delà de tout doute raisonnable en audience publique). Lors de chaque accord, les enquêtes sont arrêtées, et tout ce qui a déjà été trouvé est scellé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/bhiVHwR/fr;