Un berceau de contradictions

L'invasion de l'Irak menée par les Américains était censée initier un processus de transformation dans tout le Moyen-Orient. Le poète et analyste politique syrien Ammar Abdulhamid évoque un dégel en Syrie, dégel qui ne constitue peut-être pas un changement radical, mais tout au moins son signe précurseur.

La vie en Syrie n'a jamais été simple. Les réalités, méticuleusement masquées sous un vernis d'homogénéité, ont toujours été trop complexes, même pour le plus sagace des spécialistes. La coexistence pacifique des innombrables groupes ethniques, religieux et tribaux du pays résulte d'un amalgame complexe de concessions, de compromis, d'accords tacites et d'autres arrangements pragmatiques perfectionnés au fil des siècles.

Au cours des derniers mois, la vie est devenue encore plus complexe, les partisans de l'élite dirigeante du pays et de la société civile semblant plus perplexes que jamais sur l'avenir du pays. Chaque groupe vise à assurer ses propres privilèges tout en préservant l'intégrité territoriale et l'unité nationale d'un pays de plus en plus turbulent et fragile.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/UFBy0iE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.