roach117_sefa ozelGetty Images_useconomygraph sefa ozel/Getty Images

Le choc COVID sur le dollar

NEW HAVEN – Le temps pandémique court à une vitesse vertigineuse. Cela vaut pour le taux d'infection à la COVID-19, comme pour les efforts scientifiques sans précédent qui sont en cours pour trouver un vaccin. Il en va de même des développements transformationnels qui se produisent actuellement dans les économies touchées par la pandémie. Tout comme la récession induite par les épisodes de confinement a entraîné une quasi-interruption de l'activité économique mondiale en seulement deux mois, les espoirs d'une reprise en V reposent sur une réouverture tout aussi rapide des économies fermées.

Ce pourrait ne pas être aussi simple. Un arrêt soudain – longtemps associé à une fuite des capitaux dans les marchés émergents – expose souvent des problèmes structurels profondément enracinés, qui peuvent entraver la reprise économique. Il peut également déclencher des mouvements brusques des prix des actifs en réponse à la mise en évidence de déséquilibres qui couvaient depuis longtemps.

C'est le cas de l'économie américaine, meurtrie par la pandémie. La réponse budgétaire agressive au choc de la COVID-19 ne sera pas sans conséquences majeures. Contrairement à la croyance répandue selon laquelle les déficits budgétaires n'ont pas d'importance puisque les taux d'intérêt proches de zéro tempèrent toute augmentation des coûts du service de la dette, en fin de compte, il n’existe ni « argent magique », ni « free lunch ». L'épargne intérieure, déjà déprimée, s'enfonce profondément en territoire négatif. Cela devrait entraîner un déficit record de la balance courante et une chute démesurée de la valeur du dollar.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/8SUFjhWfr