ratti11_ Romy Arroyo Fernandez_NurPhoto via Getty Images_man working computer Romy Arroyo Fernandez/NurPhoto via Getty Images

Réinventer le bureau

BOSTON – Le mois dernier, le P D-G de Twitter, Jack Dorsey annonçait que son entreprise permettrait à ses employés travaillant actuellement depuis leur domicile, conformément aux protocoles de distanciation physique, d’y rester pour de bon. Plusieurs autres poids lourds – de Facebook au constructeur automobile français PSA – lui ont emboîté le pas, projetant de maintenir chez eux beaucoup plus de salariés lorsque la crise de la Covid-19 sera terminée. Faut-il compter le bureau parmi les victimes supplémentaires de la pandémie ?

En un certain sens, la mort du bureau est longue à venir. Dans les années 1960, le prospectiviste américain Melvin Webber prédisait que le monde atteindrait un « âge post-urbain », où « il serait possible de résider au sommet d’une montagne et de maintenir un lien intime, en temps réel, et concret, avec ses partenaires au travail ou ailleurs ».

Lors de la bulle technologique des années 1990, l’essor des entreprises fondé sur le réseau Internet semblait avoir rapproché plus que jamais cet avenir.  Comme le notait en 1997 la journaliste britannique Frances Cairncross, Internet signifiait « la mort des distances ». Lorsque les distances n’auront plus d’importance – si l’on suit son raisonnement –, les bureaux – et, par extension, les villes – deviendront inutiles.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/ZnWGVCIfr