gabriel8_JOHN THYSAFP via Getty Images_eucoronavirusflagmap John Thys/AFP via Getty Images

La menace mortelle de l’isolationnisme face au COVID-19

BERLIN – Sous la présidence de Donald Trump, les États-Unis ne cherchent pas à coopérer activement avec les autres pays dans la lutte contre le COVID-19, ce qui crée une fracture dans la guerre contre le coronavirus. Encore bien plus que le désaccord entre Américains et Européens sur le rôle de l’OTAN, le silence qui entoure la pandémie d’un camp à l’autre souligne combien il est difficile de parler de véritable communauté transatlantique.

Pire encore, les États-Unis semblent succomber aux théories conspirationnistes. De même que la Chine prétend que le coronavirus a été créé dans des laboratoires militaires américains pour stopper sa montée en puissance, l’administration Trump parle du COVID-19 comme du « virus chinois », alimentant ainsi une forme d’animosité géopolitique.

Dans le même temps, la Chine s’efforce de se démarquer dans cette crise, en apportant son aide aux pays durement frappés. Car ce ne sont ni les États-Unis, ni l’Europe qui soutiennent actuellement le plus l’Italie, l’Espagne ou encore l’Afrique, mais bien la Chine, qui y envoie des équipes et fournitures médicales. Rarement la Chine n’était aussi clairement apparue comme la remplaçante du leadership mondial occidental.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/49LCu70fr