Margaret Scott

Forçats à l’export

NEW DELHI – La pression monte dans ses prisons surpeuplées ? La Chine a trouvé une idée novatrice : envoyer travailler ses détenus à l’étranger, notamment dans le monde en développement. Cette pratique révèle l’une des facettes du vaste dossier sur les droits de l’homme en Chine, pays dont le gouvernement ne parvient même pas à faire respecter son propre règlement lorsque ses sociétés opèrent à l’étranger.

La Chine dénombre trois fois plus d’exécutions annuelles que le reste du monde. D’après Amnesty International, la Chine aurait exécuté, en secret, en 2007 « environ 22 détenus par jour ».

En plus d’être le premier bourreau au monde, la Chine compte une des populations carcérales les plus denses. Le centre international d’études sur les prisons du King’s College de Londres, qui a établi en 2009 une « Liste des populations carcérales dans le monde », recense 1,57 millions de détenus dans les prisons chinoises – chiffre supérieur au nombre d’habitants en Estonie, en Guinée-Bissau, sur l’Île Maurice, au Swaziland, à Trinidad & Tobago, à Fiji ou au Qatar.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ETBPwwY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.