8

Le confinement commence sur le territoire national

NEW YORK – Ce mois-ci, Muhammad Youssef Abdulazeez, un citoyen des États-Unis de 24 ans originaire du Moyen-Orient, a ouvert le feu sur deux sites militaires à Chattanooga au Tennessee, en tuant cinq personnes. Cet acte d'horreur locale a également pris une importance nationale, en donnant raison à l'avertissement de l'ancien diplomate et stratège américain Kennan, selon qui les décideurs étrangers américains devaient contenir leur forte envie d'agir, surtout militairement. Kennan nous a prévenus : on peut ne jamais savoir quand aura lieu le retour de bâton, mais il aura lieu dans tous les cas.

En effet, les conséquences imprévues étaient précisément ce qui inquiétait Kennan quand les États-Unis ont attaqué l'Afghanistan en 2001 et l'Irak deux ans après. Après tout, ce n'était pas du tout un hasard si un grand nombre de ceux contre qui les États-Unis combattaient en Afghanistan, y compris Oussama ben Laden lui-même, ont été assimilés à des moudjahidin, des unités de guérilleros musulmans que l'armée américaine avaient entrainées quand elles s'étaient insurgées contre l'occupation soviétique de 1979 à 1989. De même, les États-Unis avaient armé Saddam Hussein en Irak pour qu'il entre en guerre contre l'Iran dans les années 1980.

Après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, les Américains ont demandé : « Pourquoi est-ce qu'ils nous détestent ? » Pourtant, bien que les États-Unis n'aient subi aucune attaque sur leur territoire depuis lors, l'administration du Président États-Unis George W. Bush a poursuivi, pratiquement sans aucune répression, la destruction de deux pays musulmans. Et la dévastation s'est maintenue au-delà du mandat de Bush par une campagne de plus en plus intense de frappes de drones.

Ces mesures ont contribué à pousser l'Afghanistan au bord de la faillite de l'État, tout en ouvrant la voie à l'État islamique qui a pris en charge plus d'un tiers du territoire de l'Irak. Le mécontentement induit dans ces pays et dans le monde musulman s'est fait ressentir de plus en plus en Europe et apparait également à présent aux États-Unis.