Sortir du placard en Afrique

L'article à la Une d'un numéro récent du Daily Graphic , le journal le plus influent du Ghana, était écrit pour choquer : " Four Gay Men Jailed " (l'emprisonnement de quatre gays). Les actes homosexuels sont considérés comme criminels au Ghana - et dans la majeure partie de l'Afrique sub-saharienne.

Le leader ougandais, Yoweri Museveni, s'oppose avec véhémence à l'homosexualité. Tout comme Robert Mugabe, aux prises avec des difficultés, au Zimbabwe. Le Président namibien, Sam Nujoma se plaint de l'occident qui veut imposer ses valeurs sexuelles décadentes en Afrique par le truchement de la tolérance de l'homosexualité.

En effet, le mouvement international de lutte contre la discrimination à l'encontre des porteurs du virus HIV/AIDS - qui apparut tout d'abord comme une " maladie d'homosexuel " aux États-Unis - n'a entraîné que peu de sympathie envers les gays d'Afrique sub-saharienne. Il n'y a qu'en Afrique du Sud que les gays et les lesbiennes ont remporté des victoires importantes en matière de protections légales.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/77BCndM/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.