Le choc de l'ignorance et de la désinformation

Maintenant que le conflit sur les caricatures représentant le prophète Mahomet s'éteint peu à peu, ou du moins je l'espère, il est évident que les seuls vainqueurs sont les extrémistes, tant dans le monde musulman qu'en Europe.

Je regrette que cette controverse ait commencé dans mon propre pays parce qu'un journal a décidé à l'automne dernier de publier ces caricatures dans une tentative naïve de défendre la liberté d'expression. Je me suis alors élevé publiquement contre cet acte, qui pouvant heurter les sentiments religieux d'autrui, faisait preuve selon moi d'un manque de sensibilité. C'était une provocation inutile qui caricaturait la liberté d'expression que nous chérissons tous et qui est garantie par notre Constitution. Ainsi que mon père (lui-même un ancien journaliste) le disait : la liberté d'expression vous donne le droit de dire ce que vous pensez, mais ce n'est pas une obligation.

Quand la controverse a éclaté il y a quelques semaines, on a jeté beaucoup d'huile sur le feu. Beaucoup d'informations inexactes ont circulé. Il y a eu de fausses rumeurs quant au statut de l'islam au Danemark, d'autres selon lesquelles le Coran avait été brûlé lors de manifestations, et des traductions erronées de ce que la reine avait dit ont circulé, etc. Cela a encore avivé la colère et c'est ce qui a conduit des manifestants à mettre le feu à des ambassades et à proférer des menaces de violence.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/0Sj3wSm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.