3

La lente marche vers la parité entre les genres

BERKELEY – Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire internationale, a récemment pronostiqué que le monde risquait « de rester bloqué dans une nouvelle médiocrité, faite de croissance lente ». Elle n’est pas la seule à nourrir cette inquiétude.

Les décideurs économiques du monde entier cherchent par quels moyens encourager la croissance, en général par le biais d’investissements dans les infrastructures. Mais comme Lagarde nous le rappelle régulièrement, un autre remède, souvent négligé, est d’accroître la participation économique et l’avancement professionnel des femmes.

Elles représentent la moitié de la population active mondiale et près de 70 pour cent de la demande de consommation. Il reste pourtant un long chemin à parcourir avant qu’elles réalisent leur potentiel économique, comme le confirme le Rapport mondial sur l’écart entre les genres, récemment publié par le Forum économique mondial.

Ce rapport, qui porte sur 142 pays et 94 pour cent de la population mondiale, indique que dans de nombreux pays, à la fois avancés et en développement, les hommes et femmes sont proches de la parité en termes d’éducation et de santé. Mais comme le démontre l’agression dont a été victime l’héroïque écolière et lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai, l’accès des jeunes filles et des femmes à l’éducation est souvent bloqué, parfois par la violence.