5

La course aux urnes aux États-Unis pour les scrutins à venir

WASHINGTON, DC La campagne présidentielle américaine d'Hillary Clinton est tiraillée entre deux tendances. D'une part, tenter d'obtenir la plus grande victoire possible pour la candidate elle-même ; d'autre part aider explicitement ses partisans démocrates à accéder à des sièges de gouverneurs et à des postes législatifs après le scrutin. Reste à savoir si Clinton peut en faire davantage pour les candidats des élections suivantes, en l'emportant de manière décisive afin qu'ils bénéficient à leur tour de l'enthousiasme suscité ou en utilisant son temps et son argent pour aider individuellement ces candidats.

Le camp Clinton a décidé de poursuivre les deux stratégies. Une semaine à peine avant les élections, les candidats à la présidentielle sillonnent le pays : alors que le candidat républicain Donald Trump a du mal à rassembler les 270 voix du Collège électoral nécessaires pour gagner, Clinton essaie de se garantir une victoire aussi grande que possible,à la fois de la part du vote populaire et de celle du Collège électoral.

Il y a une semaine à peine, Clinton semblait se diriger vers une victoire écrasante. Mais le 28 octobre, le directeur du FBI James Comey a envoyé une lettre au Congrès qui annonçait qu'il rouvrait l'enquête sur l'utilisation par Clinton d'un serveur de messagerie privé quand elle était Secrétaire d'État. La raison ? Des milliers de courriels ont été découverts sur le portable de l'ex-mari de la plus proche assistante de Clinton, Huma Abedin, au cours d'une enquête distincte sur ses propres activités. (Non, ce n'est pas l'intrigue d'un film.)

L'annonce de Comey a déclenché un tollé, mais n'a pas eu jusqu'à présent un impact notable sur la course. La campagne de Clinton n'a pas même abandonné de remporter même les États considérés depuis longtemps comme des bastions républicains, comme l'Arizona, la Géorgie et l'Utah. Et Trump, bien qu'il se sente revigoré par cette révélation, continue de poursuivre de ses assiduités certains États comme le Nouveau-Mexique, qui pourraient arranger ses affaires auprès du Collège électoral. Mais Trump, nouveau en politique, s'imagine être un grand stratège politique.