Climate change protest in Germany Sascha Svhuermann/Getty Images

Quand les gouvernements protègent les investissements polluants

GENÈVE – Les solutions à la crise climatique passent souvent par les grandes conférences et les deux prochaines semaines devraient apporter leur lot de « réponses ». Plus de 20.000 participants sont rassemblés pour la 23e conférence des parties (COP 23) qui s’est ouverte à Bonn, en Allemagne, le 6 novembre.

Les discussions à Bonn auront pour mission de faire avancer la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat. Et la voie à suivre est claire. La seule façon de se conformer à la décision prise à Paris – limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C par rapport à l'ère préindustrielle – est de ne plus investir dans les combustibles fossiles, mais dans les projets zéro-carbone. A cette fin, il faut changer les cadres réglementaires régissant les investissements.

A l’heure actuelle, ce sont ces mêmes gouvernements qui jouent un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique qui continuent à soutenir et à protéger les investissements dans la prospection, l’extraction et le transport des combustibles fossiles. Au lieu d’investir dans l’efficacité énergétique des bâtiments, la mobilité zéro-carbone, les énergies renouvelables et de meilleures techniques d’utilisation des sols, ces gouvernements continuent à ne pas joindre le geste à la parole.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/rhzAHr9/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.