Climate change protest in Germany Sascha Svhuermann/Getty Images

Quand les gouvernements protègent les investissements polluants

GENÈVE – Les solutions à la crise climatique passent souvent par les grandes conférences et les deux prochaines semaines devraient apporter leur lot de « réponses ». Plus de 20.000 participants sont rassemblés pour la 23e conférence des parties (COP 23) qui s’est ouverte à Bonn, en Allemagne, le 6 novembre.

Les discussions à Bonn auront pour mission de faire avancer la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat. Et la voie à suivre est claire. La seule façon de se conformer à la décision prise à Paris – limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C par rapport à l'ère préindustrielle – est de ne plus investir dans les combustibles fossiles, mais dans les projets zéro-carbone. A cette fin, il faut changer les cadres réglementaires régissant les investissements.

A l’heure actuelle, ce sont ces mêmes gouvernements qui jouent un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique qui continuent à soutenir et à protéger les investissements dans la prospection, l’extraction et le transport des combustibles fossiles. Au lieu d’investir dans l’efficacité énergétique des bâtiments, la mobilité zéro-carbone, les énergies renouvelables et de meilleures techniques d’utilisation des sols, ces gouvernements continuent à ne pas joindre le geste à la parole.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/rhzAHr9/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.