Skip to main content
kimoon25_yuri arcurs_getty images_ps Yuri Arcurs/Getty Images

Gouverner la géo-ingénierie

NEW YORK – Le changement climatique représente une menace sans précédent pour l'humanité, qui apparaît de plus en plus susceptible de drastiquement réduire les niveaux de vie mondiaux au cours de cette génération et causer des dommages incalculables à long terme. De plus, parce qu’apporter des réponses à un défi planétaire aussi intimidant requiert des approches radicales, des discussions approfondies ont lieu à propos de ce que le monde devrait faire de toute urgence pour limiter l'augmentation de la température mondiale à moins de 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels.

Bien que la réduction des émissions de gaz à effet de serre doive rester la plus haute priorité, le Groupe intergouvernemental d'experts des Nations Unies sur les changements climatiques (GIEC) explique que cela ne suffit pas. Certains suggèrent aujourd’hui que nous devons également éliminer d'énormes quantités de dioxyde de carbone de l'air. D'autres soutiennent que nous pourrions aussi devoir refléter la lumière du soleil vers l'espace, de manière à accorder au monde un peu plus de de temps pour réduire et éliminer les émissions.

Prises ensemble, ces deux approches relèvent de ce qu’on appelle la géo-ingénierie. Etant donné l’aggravation des effets des changements climatiques, un nombre croissant de décideurs politiques, scientifiques et entrepreneurs prennent ces options plus au sérieux.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/tjzy5TS/fr;
  1. op_anheier8_MichaelOrsoGettyImages_Atlasstatueinnewyork Michael Orso/Getty Images

    Philanthropy vs. Democracy

    Helmut K. Anheier

    For philanthropic institutions, the fundamental question of accountability first raised by the emergence of liberal democracy will not go away. To what extent should modern societies permit independent private agendas in the public realm and allow their advocates to pursue objectives that are not shared by governments and popular majorities?

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.