Polluting power station Robert Nickelsberg/Getty Images

La tarification du carbone prend son envol

BONN – Les ouragans qui ont frappé les Caraïbes, le Texas et la Floride cette année ont submergé les routes, inondé les maisons, détruit des entreprises et fait de nombreux morts. Les eaux se sont depuis retirées, mais les images de leur dévastation sont inscrites dans notre mémoire collective. Le retour à la normale prendra des années, voire des décennies, et coûtera des milliards de dollars.

Les expert du climat nous disent que le réchauffement des océans renforce la violence des ouragans, et d’autres conséquences du changement climatique anthropique – de la sécheresse persistante dans la Corne de l’Afrique aux inondations meurtrières en Asie – ont privé des millions de personnes de tout abri et moyens de subsistance. Alors que le lien entre les combustibles fossiles et des conditions climatiques extrêmes devient de plus en évident, les législateurs n’ont pas toujours tenu compte des mises en garde.

Mais la prise de conscience s’accélère. Aujourd’hui, des gouvernements, des groupes de la société civile et un nombre croissant d’entreprises se sont enfin décidés à agir. Ce mois-ci, la conférence annuelle de l’Onu sur le climat, la COP23, qui s’est tenue à Bonn, en Allemagne, a réuni plusieurs milliers de participants décidés à relever le degré d’ambition de la lutte contre le changement climatique. A la suite de l’Accord de Paris sur le climat, conclu il y a deux ans, les attentes concernant de nouveaux progrès et la poursuite de la collaboration étaient au plus haut.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/TKsG4rR/fr;

Handpicked to read next