7

Le cauchemar sectaire de l’Irak

DENVER – Avec ce qui ressemble à une conquête des provinces du nord-ouest de l’Irak – et d’autres pourraient aussi tomber – par le très militant Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL), l’histoire troublée du pays vient d’ouvrir un nouveau chapitre terrifiant. En à peine quelques jours, les combattants de l’EIIL se sont emparés des provinces d’Al-anbar, Ninive, et Salahudddin – une victoire qui atteste de l’absence d’autorité du gouvernement central dans ces provinces à majorité sunnites. Et compte tenu de l’idéologie djihadiste de l’EIIL, il est peu probable que s’opère une « conscientisation sunnite » – la panacée supposée à tous les maux de la culture politique sectaire de l’Irak.

L’EIIL n’est pas un groupe réceptif au dialogue. Ses responsables adhèrent à la vision, qui résonne aux quatre coins du monde arabe sunnite, selon laquelle les musulmans shiites sont des apostats et des traitres à l’Islam qui doivent être considérés comme les pires du pire (aux côtés d’Israël et des Etats-Unis). Cela signifie que les Etats-Unis doivent à la fois répondre militairement à l’EIIL et politiquement au-delà de l’Irak. Il est surtout nécessaire d’adopter une approche régionale face à la rivalité montante entre sunnites et shiites.

Il est bon de se rappeler que le péché originel de l’occupation de l’Irak menée par les Etats-Unis il y a onze ans était une campagne de « dé-baathification » – la purge de toute personne entretenant des liens avec le parti Baath de Saddam Hussein. Cette décision a été prise dans l’année qui a suivi l’invasion de 2003, lorsque l’Irak était entièrement sous la férule américaine : les responsables irakiens, qu’ils soient sunnites ou shiites, n’avaient pas vraiment grand chose à voir là-dedans.

On dit souvent que l’Irak aurait besoin d’un Nelson Mandela; on pourrait dire la même chose des responsables politiques américains de l’époque. Dans les cercles politiques américains très idéologiques de l’époque, on entendait par dé-Baathification une action décisive pour extirper une idéologie haineuse. Elle a été comparée à la dénazification de l’Allemagne après la deuxième guerre mondiale.