8

Rendre des forces à l’économie mondiale

WASHINGTON, DC – L'économie mondiale en 2013 est restée suspendue entre espoir et incertitude. Bien que la reprise se soit accélérée, en particulier dans certaines économies avancées, l'économie mondiale ne tourne pas encore à plein régime – et restera probablement à bas régime l'an prochain.

Les dernières prévisions du Fonds monétaire international situent la croissance du PIB mondial à 3,6% pour 2014, ce qui est raisonnable mais reste en dessous de la croissance potentielle qui s’établit autour de 4%. En d'autres termes, le monde pourrait encore générer beaucoup plus d'emplois sans alimenter de pressions inflationnistes.

Cela signifie que les membres du FMI – qu’il s’agisse d’économies avancées, émergentes ou en développement – ont encore du travail sur la planche. Une reprise forte et durable capable d’améliorer la situation de tous les pays et tous les peuples exige que les décideurs aillent de l'avant sur tous les fronts – budgétaire, structurel et financier. En même temps, la communauté internationale doit relancer ses efforts pour renforcer la coopération par l'intermédiaire du G-20, du FMI et d'autres acteurs. En effet, ce n’est que par une telle collaboration que nous pourrons surmonter l'impact persistant de la crise mondiale.

Nous avons certainement évité le pire scénario (une Grande Dépression II) au cours des cinq dernières années, grâce aux efforts des décideurs mondiaux – en particulier la détermination des banques centrales à maintenir les taux d'intérêt mondiaux bas et de soutenir le système financier, couplée à un stimulus budgétaire dans certains pays. Mais le temps est d’aller plus loin, y compris en utilisant l’espace créé par les politiques monétaires non conventionnelles pour mettre en œuvre les réformes structurelles qui pourront relancer la croissance et créer des emplois.