Le choix d’un nouveau leader pour le FMI

NEW YORK – Plus tôt que prévu, le Fonds Monétaire International aura un nouveau directeur général. Voici plus de 10 ans que je critique la gouvernance du Fonds, symbolisée par la manière dont son leader est choisi. Un gentlemen agreement entre les actionnaires majoritaires – le G-8 – prévoit que le directeur général doit être un Européen, et que des Américains occupent le poste numéro deux ainsi que la tête de la Banque Mondiale.

Traditionnellement, les Européens choisissent leur nominé en coulisse, tout comme les Américains, après seulement une consultation superficielle des pays en voie de développement. Le résultat, cependant, a souvent été mauvais à la fois pour le FMI, la Banque Mondiale et le monde.

Le cas le plus notable fut la désignation de Paul Wolfowitz, un des principaux architectes de la Guerre d’Iraq, pour gouverner la Banque Mondiale. Ses jugements y ont été aussi mauvais que ceux qui ont mené les Etats-Unis dans cette aventure désastreuse. Alors qu’il avait fait de la lutte contre la corruption un objectif prioritaire pour la Banque, il a dû la quitter au milieu de son mandat, accusé de favoritisme.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Q5iQcCz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.