Le pape de la finance japonaise

TOKYO – Tandis que les yeux du monde sont rivés sur la réunion à Rome des cardinaux qui désigneront le successeur du Pape Benoît XVI, un conclave comparable se joue actuellement à Tokyo pour la nomination du prochain gouverneur de la Banque du Japon (BDJ). Et, au Japon comme dans le cadre des délibérations au Vatican, c’est la politique, et non le débat doctrinal, qui sous-tend le processus de prise de décision.

En décembre dernier, le président du Parti libéral-démocrate, Shinzo Abe, a repris le contrôle du gouvernement en faveur du PLD après plus de trois ans dans l’opposition, en se voyant octroyer le poste de Premier ministre pour la deuxième fois. Depuis le début de sa campagne électorale et son arrivée au pouvoir, Abe préconise une revitalisation radicale de l’économie japonaise, destinée à mettre un terme à vingt années de déflation et d’incertitude politique et stratégique croissante.

Anticipant le retour d’un gouvernement d’appartenance PLD (accompagné par le parti Nouveau Komeito, jeune partenaire de coalition), les marchés financiers ont commencé à s’orienter vers un yen plus faible. La bourse japonaise a également réagi favorablement, en hausse de 30% depuis l’élection.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/Pg6ce9J/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.