zaidi3_HaniAl-AnsipictureallianceviaGettyImages_yemenmancholeramedicine Hani Al-Ansi/picture alliance via Getty Images

Maintenir la progression de la lutte au choléra

SEATTLE – Lorsque le cyclone Idai a traversé le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe la nuit du 14 mars, il a amené avec lui son lot de ravages inimaginables et a coûté la vie à 1 000 personnes. Ses séquelles et celles du cyclone Kenneth ont été ressenties plusieurs mois après, les inondations et la perte d’infrastructures ayant créé les conditions pour une épidémie explosive de choléra, une maladie diarrhéique mortelle qui peut tuer une personne en quelques heures si elle n’est pas traitée sur le champ.

Mais ce qui est arrivé juste après est important : après le passage d’Idai à travers le Mozambique, les autorités ont lancé une intervention d’urgence et dans les 24 heures ont organisé l’administration par voie orale de vaccins contre le choléra. Grâce à une campagne de vaccination de masse en cours, l’épidémie a été maîtrisée et des milliers de vies ont été sauvées.

Dans le passé, les pays en développement qui ont essuyé des catastrophes naturelles ou subi des conflits n’ont pas connu cette chance. Après un séisme dévastateur en 2010, Haïti a connu une épidémie de choléra tenace qui a coûté des milliers de vies et a compromis la relance du pays. Et au Yémen aujourd’hui, une épidémie également généralisée n’est toujours pas enrayée.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/iSUsDkxfr