Santiago Armas/ZumaPress

Le leadership américain dans un monde multipolaire

LONDRES – Quitter le devant de la scène n’est jamais chose facile. L’Amérique, telle de nombreuses célébrités obsolètes, s’efforce d’y rester présente malgré l’apparition de nouveaux acteurs montants, en premier lieu desquels la Chine. Les prochains rassemblements du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale – deux institutions dominées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux – fourniront une opportunité idéale de changement en la matière.

L’Amérique n’a aujourd’hui d’autre choix que d’accepter la réalité d’un monde qui n’est plus le même. Plus elle s’entêtera dans une approche de déni, et plus ses propres intérêts en souffriront, de même que son influence mondiale, qui demeure substantielle quoique plus limitée qu’autrefois.

Notre monde ne répond plus à l’ordre statique de guerre froide, qui voyait deux blocs verrouillés s’opposer de manière à la fois ouverte et prudente. De même, il ne fonctionne plus selon cette Pax Americana caractéristique de la décennie qui suivit l’effondrement de l’Union soviétique, au cours de laquelle l’Amérique se démarqua brièvement comme la seule et unique superpuissance de la planète.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/erTQr9f/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.