18

La stratégie chinoise en Asie du Sud : une main de fer dans un gant de soie

NEW-DELHI – Depuis des années, la Chine cherche à entourer l'Asie du Sud d'un "collier de perles" : un ensemble de bases navales s'étendant de sa côte est au Moyen-Orient destiné à  accroître son influence géopolitique et ses accès maritimes. Il n'est pas étonnant que cette stratégie inquiète l'Inde et d'autres pays.

Néanmoins la Chine tente de cacher sa stratégie en proclamant qu'elle veut créer une Route maritime de la soie du 21° siècle pour faciliter le commerce et améliorer les échanges culturels. Mais cette rhétorique amicale ne parvient pas à apaiser l'inquiétude en Asie et au-delà, car la Chine donne l'impression de vouloir dominer toute la région.

Cette inquiétude est parfaitement fondée. Cette nouvelle Route de la soie est conçue pour faire de l'Empire du Milieu le centre d'un nouvel ordre en Asie et dans la région de l'Océan indien. La Chine tente de redessiner la carte géostratégique de l'Asie en essayant d'établir sa domination le long des grandes voies maritimes et en déclenchant des conflits territoriaux et maritimes avec plusieurs de ses voisins.

Le fait que l'Armée populaire de libération (APL) conduise le débat sur le sujet ne fait que souligner la dimension stratégique de cette Route maritime de la soie. Selon le général Ji Mingkui de l'université de la Défense nationale de l'APL, cette initiative permettra à la Chine de "forger une nouvelle image" et de "gagner de l'influence", notamment compte tenu de la "perte d'élan" du "pivot" américain vers l'Asie.