La Chine ne doit pas rester prisonnière du passé

La Chine est tiraillée aujourd'hui par deux forces opposées quant à son attitude vis-à-vis du passé. Du résultat dépendra la posture de ce pays gigantesque à l’égard du monde extérieur : la Chine parviendra-t-elle à entretenir des relations constructives et durables avec les autres nations ?

La révolution économique qu’elle traverse lui a permis de devenir un moteur du commerce mondial, une grande puissance responsable et même une force militaire rassurante, mais en même temps elle reste prisonnière du passé, dans un état d’esprit de victimisation qui la pousse à rendre autrui responsable de ses propres difficultés.

La principale question est de savoir si la Chine pourra échapper à ce vieux syndrome psychologique qui l’a habité durant tout le 20° siècle - un sentiment de faiblesse, d’insécurité et d’humiliation - pour poser un regard neuf sur le monde extérieur et même sur ses ennemis d’antan.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fzDhno7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.