3

La tactique de stabilité de la Chine

PÉKIN - Le premier principe que j'ai appris quand j'ai commencé à m’intéresser à la Chine à la fin des années 1990 est que rien n'est plus important pour les Chinois que la stabilité - qu'elle soit économique, sociale ou politique.

Étant donné les siècles d'agitation en Chine, les dirigeants d'aujourd'hui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver la stabilité. A chaque fois que j'ai des doutes au sujet d'un éventuel changement dans la politique chinoise, j'examine les options sous l'angle de la stabilité. Cela a fonctionné comme un charme.

Tout le monde avait la stabilité en tête au Forum annuel de Développement de la Chine (CDF) qui s'est tenu du 17 au 20 mars à Pékin. Organisé par le Ministre Wen Jiabao, accompagné de nombreux ministres du Conseil d’État en exercice, le CDF est la conférence internationale la plus importante de la Chine. Pourtant, tout juste deux jours avant que le CDF de cette année n'ait commencé, le controversé Bo Xilai a été démis de ses fonctions de Secrétaire du Parti de Chongqing. Comme il semblait en bonne posture pour joindre le Comité permanent du Politburo, le cercle restreint des dirigeants de la Chine, la démission soudaine de Bo a fait sensation. L'agitation était palpable dans l'air lorsque nous nous sommes réunis dans la Maison d'honneur d’Etat de Diaoyutai.

Les séances formelles se sont déroulées sans surprise, en insistant beaucoup sur la prochaine transformation structurelle du modèle de croissance de la Chine - une augmentation colossale de la croissance due aux toutes-puissantes exportations et à la croissance tirée des investissements de ces 32 dernières années, vers une dynamique davantage dirigée vers le consommateur. Il existe maintenant un large consensus parmi les principaux dirigeants de la Chine en faveur d'un tel rééquilibrage. Comme l'a dit un participant : «amp#160;La discussion s'est déplacée de ce qu'il faut faire, vers la manière et le moment de le faire.amp#160;»