Le cauchemar industriel chinois

Les médias occidentaux ont l’habitude d’alimenter les polémiques. Ironiquement, concernant la Chine, la dernière polémique alimentée concerne l’alimentation elle-même. L’exécution cette semaine de l’ancien directeur de l’agence nationale de régulation de l’alimentation et des médicaments (SFDA), Zhen Xiaoyu, pour avoir accepté près d’un million de dollars en pots de vin, montre que la polémique a désormais aussi gagné la Chine.

Tout a commencé avec un déluge d’histoires au sujet d’aliments pour animaux domestiques contaminée par de la mélamine (un dérivé du charbon), de sirops pour la toux et de dentifrices contenant du diéthylène glycol (un produit chimique au goût sucré utilisé ordinairement dans l’antigel et le liquide de freins), de jouets décorés de peintures au plomb, d’antibiotiques infectés de bactéries, de batteries de téléphones portables explosives et de pneus de voiture défectueux.

Aujourd’hui, l’attention se tourne sur l’alimentation. La presse internationale est remplie d’histoires de miel rempli d’édulcorants industriels, de conserves bourrées d’additifs ou contaminées par des bactéries, de vin de riz fait avec de l’alcool industriel et de crevettes ou de poissons d’élevage nourris avec de fortes doses d’antibiotiques puis lavés au formaldéhyde pour faire baisser le taux de bactéries.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/GVqfsm1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.