0

La Chine au risque de trop vouloir sauver la face

BEIJING – La "face" de la Chine pourrait bien être son talon d'Achille. Alors qu'elle jouit de son nouveau statut de grande puissance économique – le dragon dépasse les tigres asiatiques et les ânes occidentaux – la Chine néglige son inquiétante faiblesse structurelle.

La direction communiste a du mal à évoquer (et encore davantage à insister) sur les problèmes du pays. Le souci des dirigeants d'imposer le respect et de ne pas perdre la face les conduit à s'intéresser presque exclusivement aux réussites du pays. C'est une stratégie qui risque de se retourner contre eux, car elle fait l'impasse sur la dynamique de la politique internationale.

Si les dirigeants chinois insistent sur la montée en flèche de la Chine, le reste du monde risque de voir d'un œil moins bienveillant son développement économique rapide, destiné à répondre aux attentes de sa population. Le gouvernement sait qu'il va être confronté à un gros problème politique, mais refuse de le reconnaître, que se soit devant sa propre population ou vis à vis de l'extérieur.

Les tensions commerciales vont croissantes. Les USA sont d'autant plus préoccupés que leur "dialogue de stratégie économique" avec la Chine en mai n'a donné que peu de résultats. Le Congrès menace d'adopter de sévères mesures protectionnistes. L’Union européenne semble se positionner non loin derrière, mais beaucoup va dépendre de la manière dont la Chine va présenter son dossier durant les prochains 18 mois quand les deux parties négocieront un accord de partenariat très étendu, qui déterminera la qualité des relations bilatérales pour la prochaine décennie.