La Chine au risque de trop vouloir sauver la face

BEIJING – La "face" de la Chine pourrait bien être son talon d'Achille. Alors qu'elle jouit de son nouveau statut de grande puissance économique – le dragon dépasse les tigres asiatiques et les ânes occidentaux – la Chine néglige son inquiétante faiblesse structurelle.

La direction communiste a du mal à évoquer (et encore davantage à insister) sur les problèmes du pays. Le souci des dirigeants d'imposer le respect et de ne pas perdre la face les conduit à s'intéresser presque exclusivement aux réussites du pays. C'est une stratégie qui risque de se retourner contre eux, car elle fait l'impasse sur la dynamique de la politique internationale.

Si les dirigeants chinois insistent sur la montée en flèche de la Chine, le reste du monde risque de voir d'un œil moins bienveillant son développement économique rapide, destiné à répondre aux attentes de sa population. Le gouvernement sait qu'il va être confronté à un gros problème politique, mais refuse de le reconnaître, que se soit devant sa propre population ou vis à vis de l'extérieur.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/tQwJ7rd/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.