7

Les guerres furtives de la Chine

NEW DELHI – La Chine bouleverse le statu quo en mer de Chine du sud et de l’est, le long de sa frontière avec l’Inde, et même en ce qui concerne les eaux internationales riveraines– sans jamais avoir tiré un seul coup de feu. Tout comme elle s’était appropriée des territoires himalayens dans les années 50 par de furtives incursions, la Chine mène, contre ses voisins asiatiques, des guerres à la dérobée qui menacent de déstabiliser la région dans son ensemble. Plus la Chine accumule de pouvoir économique, plus est grande son ambition de modifier le statu quo territorial.

Tout au long de la récente ascension de la Chine d’une situation de pauvreté vers une relative prospérité et une puissance économique globale, les fondamentaux de sa gestion des affaires et de sa doctrine stratégique sont pour une grande part restés inchangés. Depuis l’ère de Mao Tsé-toung, la Chine adhère au précepte de Sun Tzu, stratégiste militaire de la dynastie Zhou : « Soumettre l’ennemi sans aucune bataille » en exploitant ses faiblesses et en faisant passer l’offense pour une défense. Selon lui : « Toute guerre est fondée sur la duperie ».

Dans les deux décennies qui ont suivi la consolidation du pouvoir de Deng Xiaoping sur le Parti Communiste Chinois, la Chine a pratiqué une politique de « bon voisinage » dans ses relations avec les autres pays asiatiques, lui permettant ainsi de se focaliser sur son développement économique. Au fil de la prise d’influence économique et stratégique de la Chine, ses voisins ont bénéficié de la rapide croissance de son PIB qui a stimulé leurs propres économies. Mais à un moment donné au cours de la dernière décennie, les dirigeants chinois ont clairement décidé que le moment de leur pays était enfin venu ; son « ascension pacifique » a depuis laissé place à une approche plus affirmée.

L’un des premiers signes de cette évolution remonte à 2006 avec la reprise des revendications latentes de la Chine sur les territoires indiens de l’Arunachal Pradesh. Cherchant à élargir ses « intérêts essentiels », la Chine a rapidement commencé à provoquer des disputes territoriales avec plusieurs de ses voisins. L’année dernière, la Chine a officiellement revendiqué plus de 80% de la mer de Chine du sud au titre de la Convention sur le Droit de la Mer des Nations Unies (United Nations Convention on the Law of the Sea).