China’s Dangerous Nobodies

A peine réinventés par Pierre de Coubertin, les Jeux Olympiques  furent politisés. Les premiers eurent lieu à Athènes en 1896 pour embarrasser les Turcs qui occupaient toujours le nord de la Grèce. En 1936, les Jeux de Berlin célébrèrent le triomphe de l’idéologie nazie. On se souvient de Munich endeuillé par le terrorisme palestinien et de Moscou boycotté par suite de l’invasion de l’Afghanistan .En 1988, les Jeux de Séoul ouvrirent la voie à la démocratisation de la Corée du Sud.

Cet été, les Jeux de Pékin ne seront pas moins politiques, mais ressembleront-ils pour autant à ceux de Berlin ou de Séoul ? Marqueront-ils l’apothéose d’un régime autoritaire ou le début de sa disparition ?

Les observateurs optimistes de Chine, souvent amollis par des relations étroites avec le régime communiste, parient sur une douce transition du despotisme vers une société ouverte. Mais les récents événements ne confortent pas cette interprétation optimiste ; depuis le début de l’année, les défenseurs des droits de l’homme, les avocats et les blogueurs  en Chine , sont  plus réprimés que jamais.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/W5TNPPX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.