Zhang Peng/Getty Images

Keynes, Hayek et les marchés immobiliers chinois

HONG KONG – Les principales villes chinoises connaissent actuellement une flambée des prix de l'immobilier, ce qui suscite des prévisions contradictoires : soit celle d'un risque d'éclatement de bulles immobilières, soit celle d'une prochaine reprise économique. Que se passe-t-il réellement sur les marchés immobiliers en pleine ébullition de la Chine ?

Le Bureau national de statistique (BNS) chinois a révélé la semaine dernière que dix grandes et moyennes villes chinoises, sur les 70 villes interrogées, avaient enregistré des hausses de prix annuelles de plus de 20 % pour le logement commercial nouvellement construit. Dans les villes de premier rang comme Shanghai et Shenzhen, ces gains étaient encore plus élevés : supérieurs à 37 %. Dans les villes de deuxième rang comme Xiamen et Hefei, les augmentations ont dépassé les 40 %.

Chris Watling de Longview Economicscompare le marché immobilier actuel de la Chine à la crise de la tulipe hollandaise qui a atteint son sommet en 1637. Il souligne que les prix de l'immobilier, à Shenzhen en particulier, ont fait un bond de 76 % depuis le début de l'année 2015, ce qui met le prix d'une maison typique à 800 000 dollars, juste en dessous du prix moyen des maisons de la Silicon Valley. Cela peut faire penser selon lui à un dernier tour de piste avant un effondrement du marché.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/kuxNGbr/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.