0

La Chine sur l’aire de lancement

SINGAPOUR – Sous le voile du secret, le développement par la Chine de missiles stratégiques et tactiques est entré dans la troisième génération. Bien que le développement des armes nucléaires et des missiles longue portée chinois ait généralement été perçu comme prudent, progressif et lent, il a pris place dans le contexte d’une importance croissante donnée par les autorités au complexe militaro-industriel du pays, et en particulier au secteur aérospatial.

Ce processus a été accéléré par une convergence de réformes de l’industrie de la défense, d’une modernisation en profondeur des forces militaires et de l’intégration de concepts opérationnels novateurs, avec pour résultat des capacités opérationnelles croissantes des missiles stratégiques et des plates-formes spatiales de la Chine.

Plusieurs rapports laissent à penser que la Chine accroît de manière sélective les capacités de ses missiles stratégiques et tactiques en développant des moteurs de missile à combustible solide ; en diversifiant sa gamme d’ogives et en améliorant leur précision ; en déployant des missiles à plusieurs ogives ; et en améliorant les systèmes de contre-mesures de ses missiles balistiques, tels que leurres, paillettes, brouillage et bouclier thermique, et possiblement l’équipement de missiles balistiques en MaRV (pour Maneuverable Re-entry Vehicle) qui leur permet d’avoir une trajectoire évasive jusqu'à leur objectif pour éviter les tirs anti-missiles et en mirvage, de l'anglais MIRV (Multiple Independently targeted Reentry Vehicle), une technique qui permet d'équiper un missile nucléaire de plusieurs têtes qui suivent chacune leur trajectoire lors de leur entrée dans l'atmosphère.

La Chine développe, teste et déploie en particulier une nouvelle génération de missiles balistiques intercontinentaux à combustible solide, lancés à partir de véhicules, dont les Dong Feng 31 et 31A, équipés de têtes nucléaires. Elle conçoit et développe également de nouvelles classes de missiles balistiques conventionnels à courte portée et à moyenne portée, comme le Dong Feng 21 – des missiles mobiles, à combustible solide, à plus longue portée et plus précis, et capables d’exploiter les vulnérabilités des systèmes d’autodéfense des missiles balistiques.