0

Chine : il  faut une révolution du secteur des services

PEKINQu'elle le veuille ou pas, la Chine doit réajuster son taux de change. Tandis que les responsables chinois continuent à se demander quel est le bon moment pour laisser le renminbi monter, les travailleurs des usines votent avec leurs pieds… et leurs piquets de grève.

Pour mettre fin à une grève coûteuse, Honda a offert une augmentation de salaire de 24% à ses travailleurs des usines d'assemblage de pièces automobiles. Foxconn, le sous-traitant taïwanais d'Apple et de Dell, a annoncé une augmentation de salaire de 70% ! Pour prévenir des troubles, à Shenzen le salaire minimum va augmenter de 16% et à Pékin il a augmenté de 20% sur décision des autorités locales.

Tout cela se traduira par une hausse des prix des exportations chinoises et une demande plus soutenue pour les produits d'importations, autrement dit les mêmes conséquences que celles d'une appréciation de la devise.

La Chine devrait considérer ces augmentations de salaire comme un signe de réussite, car une hausse des salaires est la conséquence tout à fait normale de la croissance économique. A la seule différence près qu'en Chine l'ajustement n'ayant pas eu lieu, il se fait maintenant de manière brutale. Il aurait été préférable que les responsables chinois aient procédé à une appréciation graduelle de leur monnaie, ce qui aurait entraîné une augmentation de la demande des travailleurs pour les produits d'importation, plutôt que l'inflation que personne ne souhaite. Mais c'est trop tard.