0

La Chine doit aller plus loin que la simple médiation

Le désespoir est dangereux en diplomatie et les dernières actions de la Corée du nord désespèrent une grande partie de l'Asie. Seule la Chine, longtemps peu encline à faire usage de ses dons diplomatiques, a maintenant le pouvoir de trouver une solution diplomatique au problème nucléaire de la Corée du nord. Mais la question que tout le monde se pose, de Tokyo à Séoul en passant par Washington et Moscou, reste : la Chine interviendra-t-elle à temps ?

L'influence de la Chine sur la Corée du nord est unique. La Chine permet à son voisin, toujours plus désespéré, de survivre en fournissant la plupart de l'aide autre que alimentaire et de l'énergie que la Corée du nord reçoit de l'étranger. Pourtant, pour empêcher la Corée du nord de réaliser un fait accompli dans la poursuite de l'arme nucléaire, la Chine doit aller plus loin que la médiation entre la Corée du nord et les États-Unis, rôle qu'elle a joué jusqu'à présent. Au lieu de cela, elle doit maintenant inciter la Corée du nord à arrêter le développement des ses activités nucléaires et de revenir aux négociations multilatérales avec les États-Unis, le Japon, la Chine, la Russie et la Corée du sud qui ont été interrompues ces dernières semaines.

Les développements récents indiquent que la menace nucléaire que représente la Corée du nord est toujours plus sérieuse chaque jour. Il y a deux semaines, la Corée du nord a déclaré qu'en juin, elle avait réussi à traiter quelques 8 000 barres de combustible nucléaire et possède donc aujourd'hui la dissuasion nucléaire, qui laisse croire que le régime de Kim Jong Il est peut-être bien en train de construire des bombes nucléaires.

Non seulement la Corée du nord ne montre qu'un intérêt relatif à la tenue d'une autre session de négociations multilatérales que le gouvernement Bush et les autres participants appellent de leurs voeux, mais elle veut également empêcher maintenant la participation des japonais. Kim Jong Il accuse le Japon d'avoir introduit des obstacles et des complications inutiles dans la résolution du problème nucléaire en soulevant la question sensible de la prise de citoyens japonais par la Corée du nord.