3

Chine : le cinquième plénum et l'économie

HONG-KONG – L'intervention du gouvernement chinois sur le marché boursier et la dévaluation du yuan cet été sont un rappel brutal des conséquences des soubresauts de l'économie chinoise sur le reste du monde. La Chine est sur le point de prendre d'autres décisions lourdes de conséquences pour la planète lors de la cinquième session plénière du 18° comité central du parti communiste chinois qui se tient actuellement.

Il y a deux ans, lors du troisième plénum, les dirigeants chinois se sont engagés à entreprendre des réformes en profondeur. Ils ont déclaré que les marchés doivent "jouer un rôle décisif dans l'allocation des ressources". Le secteur nationalisé va continuer à jouer un rôle moteur pour répondre aux besoins essentiels de la population, néanmoins les dirigeants politiques vont "encourager et guider fermement l'évolution du secteur privé, stimuler son dynamisme et sa créativité".

L'année dernière, le quatrième plénum a donné la priorité à une plus grande égalité économique en termes de droits, d'opportunités et de réglementation - en renforçant le respect de la loi et en améliorant la transparence et la légitimité du processus de prise de décisions par le gouvernement, ainsi que la nécessité d'en rendre compte. Des mesures spécifiques ont été prises, notamment la création de Cours suprêmes locales pour réduire le contrôle des gouvernements locaux sur la justice, et l'attribution d'un rôle plus important au Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire pour veiller au respect de la Constitution par les autorités.

Cette année, le Parti doit avaliser l'orientation du 13° plan quinquennal qui va débuter en 2016. Il est supposé permettre à la Chine de sortir de son statut de pays à revenu intermédiaire à l'horizon 2020. La question est de savoir comment équilibrer la nécessité d'une croissance durable avec l'impératif d'entreprendre des réformes qui mettent à mal le modèle classique d'incitations à la croissance.