0

La doctrine chinoise de stabilité

LONDRES – Durant deux décennies, la diplomatie chinoise a reposé sur le principe d’« essor pacifique ». Aujourd’hui, la Chine a besoin d’une nouvelle doctrine stratégique. En effet, l’aspect le plus marquant de la récente victoire du Sri Lanka sur les Tigres tamouls n’est pas tant son caractère écrasant que le fait que la Chine ait fourni au Président Mahinda Rajapaska le matériel militaire et la couverture diplomatique dont il avait besoin pour poursuivre la guerre.

Sans cet appui de la Chine, le gouvernement de Rajapaska n’aurait eu ni les moyens ni la volonté d’ignorer l’opinion mondiale dans son offensive contre les Tigres. Non seulement la Chine est devenue un élément clé de chaque aspect du système financier et économique mondial, mais elle a aussi fait preuve de son efficacité stratégique dans une région traditionnellement hors de son orbite. Sur les champs de bataille sri lankais du bord de mer, l’« essor pacifique » de la Chine a pris fin.

Que signifiera ce changement en pratique pour les points chauds de la planète, tels que la Corée du Nord, le Pakistan et l’Asie centrale ?

Avant la crise financière mondiale, la Chine profitait vigoureusement d’une longue période d’expansion près de ses frontières est et sud, avec pour seules sources d’instabilité la Birmanie et la Corée du Nord. Ces mêmes régions sont désormais sources d’inquiétude croissante.