0

La Chine face à la récession mondiale

PEKIN – Depuis 30 ans, la Chine poursuit sa croissance à un taux annuel moyen de 9,8%. Les marchés mondiaux ont favorisé cette croissance, car il n'y pas eu de crise économique ou financière mondiale importante pendant cette période. Il y a eu des problèmes régionaux - la crise financière asiatique en 1997-98, l'éclatement de la bulle de l'immobilier au Japon en 1990 et celle des nouvelles technologies en Amérique en 2000 - mais cela n'a pas freiné le long boom économique chinois.

Néanmoins, depuis trois mois les exportations chinoises sont nettement à la baisse, de même que les investissements, la production industrielle et les revenus fiscaux. Un ralentissement majeur s'annonce à l'horizon. Dans ces conditions, la Chine pourra-t-elle maintenir sa croissance rapide ?

Je pense que oui. Le ralentissement actuel est dû essentiellement à des facteurs internes. Depuis 2004, le gouvernement chinois cherche à freiner une économie en surchauffe en ramenant le taux de croissance de 12% à 8 ou 9%, un taux plus réaliste sur le long terme. Il a même commencé à diminuer la taxe sur les exportations de manière à réduire le surplus commercial.

Certes, s'il avait pu prédire la situation actuelle, il aurait sans doute imposé des mesures moins rigoureuses pour brider la croissance. Mais si la Chine a réussi à maintenir sa croissance depuis 30 ans, c'est notamment parce que durant les moments de boom elle est allée à l'encontre du cycle marcoéconomique plutôt que d'attendre un effondrement. Le gouvernement chinois n'a jamais cru qu'il devait abandonner entièrement l'économie aux forces du marché. Sans bulle importante, pas de grosse crise.