fischer175_Zhang WeiChina News Service via Getty Images_china normal life Zhang Wei/China News Service via Getty Images

La Chine, ce grand vainqueur de 2020

BERLIN – Dans les prochains livres d'histoire, on se souviendra de 2020 comme de l'année de la grande pandémie de COVID-19 – et à juste titre. Mais on se souviendra également de cette année comme de celle où le mandat exécrable du président américain Donald Trump a pris fin. Ces deux épisodes sont étroitement liés et laisseront des traces durables, en partie parce qu'ils se sont déroulés au cours d'une transition mondiale plus large du XXe siècle sous domination des États-Unis, vers un XXIe siècle dominé par la Chine.

Dans ce contexte, 2020 s'est avéré être une année faste pour la Chine. Les choses n'ont assurément pas pris une telle tournure dès le départ, quand un nouveau coronavirus, du nom de SARS-CoV-2, a ravagé la métropole de Wuhan. De graves manquements de la part des autorités chinoises ont permis à cette épidémie de se transformer en cette pandémie qui a tué à présent près de 1,5 millions de gens et qui paralyse l'économie mondiale. Au début de l'année, le leadership central de la Chine semblait confronté à une profonde crise de confiance. Dans le cadre d'une guerre commerciale avec les États-Unis, la COVID-19 a momentanément mis le pays à genoux.

Depuis lors, la répression énergique du mouvement démocratique à Hong Kong par le président chinois Xi Jinping n'a fait que conforter l'Occident dans sa méfiance. Les mesures administratives prises en vertu d'une nouvelle loi draconienne sur la sécurité nationale viennent mettre un terme à l'ère « un pays, deux systèmes » et soulèvent de graves questions quant à l'avenir de Taïwan.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/0jhx58efr