The employees in the lobby of the Office Building at Alibaba Wang He/Getty Images

L'essor de la Silicon Valley chinoise

CAMBRIDGE – À l'avenir, si ce n'est pas déjà le cas, les Silicon Valleys de l'intelligence artificielle (IA) seront situées en Chine. Les entreprises technologiques Xiaomi, Baidu, Didi Chuxing, Meituan et Toutiao ont toutes leur siège à Pékin. Alibaba, le géant de l'e-commerce de la Chine est basé à Hangzhou. Et Tencent, un conglomérat multinational qui investit fortement dans l'AI, est à Shenzhen. Tencent a déjà une capitalisation boursière plus forte que General Electric et Baidu est plus grand que General Motors.

Exclusive insights. Every week. For less than $1.

Learn More

La Chine a une chance d'être leader dans l'IA, parce qu'elle est parvenue à adopter de nouvelles technologies très rapidement. Tout comme des millions de consommateurs en Inde sont passés directement de zéro téléphone aux smartphones - sans passer par les lignes terrestres ni par les téléphones à clapets - les consommateurs chinois vivent à présent la même chose, sur une gamme étendue de nouvelles technologies. Par exemple, les consommateurs chinois ont sauté l'étape des cartes de crédit et se sont mis directement à utiliser les plateformes d'e-paiement. Tandis qu'Apple Pay lutte pour s'accélérer aux États-Unis, Tencent facilite déjà plus que 600 millions de transactions dématérialisées par jour.

Tencent et d'autres plateformes centralisées massives d'autres sociétés chinoises leur donnent un avantage dans la recherche et le développement de l'IA, en leur permettant de produire et de rassembler des stocks énormes de données pour entraîner leurs algorithmes d'apprentissage machine. Ces plateformes jouissent également d'une puissance quasi monopolistique, qui va les aider à monétiser des applications d'IA à l'avenir.

En outre, les sociétés chinoises bénéficient des normes culturelles chinoises relatives à la confidentialité des données. En Occident, la confidentialité des données est considérée comme un droit personnel à son propre espace privé et par extension, aux données d'une personne. Cette conception de la confidentialité des données est bonne pour des individus et sans doute pour la société ; mais elle est mauvaise pour les développeurs d'IA, qui sont confrontés à des obstacles pour accéder aux données, nécessaires pour entraîner leurs algorithmes.

En revanche, dans la culture chinoise, la confidentialité des données est considérée comme suspecte, comme une forme de secret. On suppose qu'une personne honnête ne doit rien avoir à cacher au domaine public, ainsi les consommateurs chinois sont souvent heureux de céder leurs données. À la différence de l'Inde, qui a adopté un « droit à l'information » et à l'Union européenne qui a codifié un « droit à l'oubli, » il n'y a pas eu de discussion sérieuse au sujet de la confidentialité des données en Chine.

Cela convient parfaitement aux sociétés chinoises de technologie. Le cadre juridique en Chine permet à des sociétés de technologie de rassembler une gamme de données d'utilisateur pour une gamme d'objectifs, tels que la construction de systèmes de notation sociale, comme le Crédit Sésame d'Alibaba.

Pourtant des opportunités de financement et d'investissements intéressantes toujours limitées - aussi bien en Chine qu'à l'étranger - pourraient ralentir l'élan de la Chine dans le secteur de l'IA et dans les domaines apparentés. Les épargnants chinois sont peu enclins à placer leur argent dans les banques chinoises, parce que le taux d'inflation est plus élevé que le taux réel de rendement des dépôts. Étant donné la forte instabilité des prix à la consommation, beaucoup de gens hésitent à bloquer leur épargne pour longtemps.

En outre, il y a peu de raisons d'investir dans le Shanghai Stock Exchange Composite Index, tant que les taux de croissance économiques sont systématiquement plus élevés que les résultats du marché boursier. Et les investisseurs s'inquiètent d'une répétition de 2015, lorsque les turbulences du marché ont conduit à l'intervention du gouvernement, à une brusque chute des prix et à plusieurs interruptions de négociations. Le gouvernement est parvenu à stabiliser les prix, mais au prix d'incitations supplémentaires pour les courtiers et en interdisant les ventes à découvert et la vente d'actions au-dessus d'un certain seuil.

Un troisième problème est qu'une augmentation régulière du prix des logements a rendu les investissements dans tous les actifs à risques plus risqué. Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque populaire de Chine, met à présent en garde contre un « moment de Minsky, » par lequel la dette des ménages de la Chine alimentée par une hausse des taux hypothécaires, pourrait conduire à un effondrement soudain du prix des actifs.

Un dernier problème est que les sociétés chinoises font face à des limitations sur leurs investissements outre-mer. En plus des propres contrôles sur les capitaux du gouvernement chinois, le gouvernement américain envisage des restrictions plus sévères sur les investissements chinois dans les secteurs stratégiquement importants, en particulier ceux concernant l'IA et l'apprentissage machine. En fait, les organismes de régulation américains ont récemment bloqué la tentative d'acquisition par Alibaba de MoneyGram, en invoquant des inquiétudes de sécurité nationale.

La perspective d'une révolution de l'IA menée par la Chine crée à la fois des opportunités et des défis. Selon le point de vue de l'Occident, cela pourrait permettre une plus grande collaboration avec une des économies les plus dynamiques du monde. Et cela pourrait amener la Chine à mieux s'intégrer dans l'ordre international fondé sur l'État de droit.

Cependant, en même temps, l'avance de la Chine en matière d'IA sera probablement une occasion de nouveaux désaccords entre les sociétés chinoises et les organismes de régulations étrangers. Les géants chinois de la technologie de la Chine sont dans une phase d'expansion internationale et leur approche de la collecte de données va représenter un dilemme pour les autres pays. Le défi sera de contenir les risques de faire des affaires avec un État autoritaire, sans perdre de vue les investissements et les innovations de la Chine.

http://prosyn.org/bDiouhp/fr;

Handpicked to read next