0

Agir sur les changements climatiques

Les dix années les plus chaudes jamais enregistrées ont toutes eu lieu depuis 1990. Il semblerait même que 2005 détienne le record de l’année la plus chaude. Cette année en effet, nous avons connu un échantillon de tous les dangers qui nous attendent : des ouragans extrêmement violents, des sécheresses massives, des feux de forêts, des épidémies de maladies infectieuses et des inondations. Le climat terrestre est en plein changement et ce n’est que le début.

Les chefs d’État et de gouvernement du monde entier vont se réunir à Montréal à la fin du mois de novembre, afin de fixer les prochaines étapes et les mesures spécifiques que le monde pourrait enfin adopter, dans l’éventualité où l’administration Bush accepterait de s’intéresser de plus près à cette question cruciale.

Les changements climatiques sont souvent synonymes de « réchauffement planétaire », or, il n’est pas seulement question de réchauffement. La concentration croissante de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre entraîne des tempêtes extrêmes, des ouragans d’une très forte intensité, la hausse du niveau des océans, la fonte des glaciers et des couches de glace, des sécheresses, des inondations et d’autres bouleversements climatiques. Même la chimie de la terre et des océans est en train de changer. L’océan devient plus acide en raison d’un taux de dioxyde de carbone plus élevé et les récifs de corail sont menacés.

Les motifs spécifiques du changement ne sont pas précisément identifiés, mais les risques de perpétuer le cours actuel des choses sont unanimement connus. Jusqu’ici, les États-Unis ont refusé de signer le protocole de Kyoto. De toutes façons, cet accord ne joue qu’un tout petit rôle pour modifier le cours des événements planétaires à long terme, puisqu’il ne prévoit que des petites mesures d’ici à 2012.