En Europe centrale, la lutte contre la drogue est mal engagée

WARSAW – Voilà vingt ans cet été que le carcan communiste, s’étendant de Tallinn sur la côte balte, à Tirana sur l’adriatique, a éclaté, offrant un passage aux élections libres, aux réformes de marché et à l’épanouissement des libertés civiles. Les pays d’Europe centrale et orientale ont beaucoup évolué depuis, et nombre d’entre eux sont aujourd’hui membres de l’Union européenne. Mon pays d’origine, la Pologne, est doté aujourd’hui d’une économie stable et ses médias se portent bien.

Sur le chapitre de la toxicomanie en revanche, la Pologne reste figée dans le passé, comme beaucoup d’autres jeunes démocraties autour d’elle. D’un bout à l’autre de l’ancien bloc soviétique, la prévention de la toxicomanie se caractérise par une fâcheuse tendance à la désuétude, au conservatisme et à la répression.

Gdansk par exemple, la ville qui a vu naître le mouvement Solidarité, ne dispose d’aucun centre de traitement à la méthadone. Ce traitement, dont l’efficacité en termes de sevrage et de réduction des méfaits liés à la toxicomanie est prouvée, est difficilement accessible, et pour se le procurer, il faut faire trois heures de route – si tant est qu’on en ait la possibilité. En Pologne, les consommateurs d’opium ne sont que 5% à avoir accès à la méthadone, contre 40% en Allemagne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/1pgrLcn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.