Protest against the arrest of two Catalan separatist leaders Anadolu Agency/Getty Images

L’Europe, assaillie de l’intérieur

BERLIN – L’Europe semble finalement sortir d’une crise économique qui durait depuis plusieurs années, mais elle est encore chancelante. À chaque raison d’espérer semble correspondre un nouveau motif d’inquiétude.

En juin 2016, une courte majorité d’électeurs britanniques ont préféré la nostalgie du XIXe siècle à ce que pouvait leur offrir le XXIe. Ils ont donc décidé, au nom de la « souveraineté », de sauter du haut de la falaise. Un cynique pourrait faire remarquer qu’il leur faudra effectivement amortir le choc en toute « souveraineté ».

En Espagne, le gouvernement de la région autonome de Catalogne exige lui aussi la souveraineté. Mais l’État espagnol actuel ne persécute, ni n’emprisonne, ni ne torture, ni n’exécute les Catalans, comme le faisait autrefois la dictature du généralissime Francisco Franco. L’Espagne est une démocratie stable, membre de l’Union européenne, de la zone euro et de l’OTAN. Dotée d’une constitution qui fut négociée par tous les partis et par toutes les régions – y compris la Catalogne –, elle connaît l’État de droit depuis maintenant plusieurs décennies.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EgQ0VhZ/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.