Viktoria Rodriguez/EyeEm/Getty Images

Pour une substitution des importations britanniques

LONDRES – L’une des conséquences économiques les plus spectaculaires du Brexit réside dans l’effondrement de la livre sterling. Depuis le mois de juin, la monnaie britannique a enregistré une baisse de 16 % par rapport à un panier de devises. Mervyn King, précédent gouverneur de la Banque d’Angleterre, a accueilli cette baisse de taux de change comme une « évolution bénéfique ». En effet, à l’heure où le déficit de la balance courante britannique dépasse 7 % du PIB – soit le plus conséquent depuis les premiers enregistrements de données en 1955 – cette dépréciation pourrait être considéré comme une aubaine. Mais faut-il réellement y voir une évolution favorable ?

Les économistes ont généralement tendance à considérer la baisse d’une monnaie comme le meilleur moyen d’équilibrer les comptes extérieurs d’un pays, puisque cette baisse rend les importations plus coûteuses et les exportations plus abordables, conduisant ainsi les premières à diminuer et les dernières à augmenter. La hausse des prix à l’importation – une perte nette pour le pays – serait ainsi compensée par un niveau d’emploi et des salaires plus élevés, grâce à une meilleure compétitivité du pays sur le plan des exportations.

Seulement voilà, pour que le miracle de la dépréciation monétaire puisse opérer, il faut que la baisse du taux d’intérêt s’accompagne d’une plus grande demande du côté des exportations (c’est-à-dire, comme l’expliquent les économistes, que l’élasticité-prix de la demande relative aux exportations soit élevée). Or, plusieurs études démontrent combien l’élasticité-prix de la demande relative aux exportations britanniques est faible. Illustration de cette faiblesse, de récents travaux publiés par Francesco Aiello, Graziella Bonanno et Alessia Via, du European Trade Study Group, révèlent que « le niveau à long terme des exportations apparaît sans rapport avec le taux de change réel pour le Royaume-Uni ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/9geGcdo/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.