helicopters John Moore/Getty Images

Non à la politique de l'hélicoptère !

MUNICH – En dépit de plusieurs années de politique monétaire expansionniste, la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas réussi à rapprocher l'inflation de sa valeur-cible "inférieure, mais proche de 2%". Les dernières mesures (taux d'intérêt zéro appliqué aux principales opérations de refinancement de la BCE, augmentation des achats mensuels d'actifs de 60 à 80 millions d'euros et taux d'intérêt négatif de -0,4% sur les dépôts) ne vont sans doute pas changer cette situation. C'est pourquoi certains économistes pressent la BCE d'aller encore plus loin dans cette direction avec le "largage d'argent par hélicoptère" : le recours à la planche à billets pour financer la consommation privée.

Cette idée remonte à l'époque des débats sur le monétarisme dans les années 1960. On disait alors qu'une banque centrale n'est jamais à court de moyens pour stimuler la demande agrégée et entretenir l'inflation si elle est disposée à recourir à des mesures radicales. Or ce qui était à l'époque une simple vue de l'esprit pourrait se traduire aujourd'hui dans la réalité.

En pratique, la politique de l'hélicoptère prendrait la forme d'un chèque versé aux ménages ou de bons de consommation pour tous financés exclusivement par les banques centrales. Les Etats et les banques commerciales qui serviraient d'intermédiaire recevraient des liquidités ou de l'argent en dépôt, mais ces sommes n'apparaîtraient pas dans l'actif des banques centrales.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/T0mlm2u/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.