Notre rapport aux animaux à l'époque de la fièvre aphteuse

Récemment à la télévision britannique, évoquant l'abattage de ses moutons pour éviter la propagation de la fièvre aphteuse, un éleveur en pleurs disait : "Nous sommes désolés de voir mourir nos agneaux, ils devraient symboliser le printemps et l'éveil de la vie, mais ils meurent à cause de cette terrible maladie". Quelle hypocrisie !

Avant de verser des larmes sur cet éleveur, posons-nous une question : quel aurait été le sort de ses agneaux sans l'épidémie de fièvre aphteuse ? Il aurait retiré ces petits symboles du printemps à leur mère et les aurait entassés dans des camions pour les envoyer à la mort. Le symbole de l'éveil de la vie serait devenu de la viande morte. En retour, tout sourire, l'éleveur aurait encaissé un chèque (en fait il continue à recevoir un chèque, puisque le gouvernement dédommage les éleveurs pour les animaux abattus pour contenir l'épidémie).

Les agneaux ont perdu quelques semaines de vie, mais il leur a été épargné la détresse de la séparation avec leur mère, l'épreuve du transport parfois sur des centaines de kilomètres, et finalement l'entassement et la terreur dans les abattoirs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MsxorzL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.