Le train du capitalisme sifflera trois fois

Le schadenfreude provoqué par Enron en Europe n'a plus de raison d'être. Les scandales de l'année dernière (Vivendi) et de cette année (Parmalat) y ont veillé. L'Europe, comme l'Amérique (et, en fait, comme le monde capitaliste dans son ensemble), doivent désormais se durcir en exigeant que les patrons qui ont pillés leurs sociétés soient poursuivis et punis.

Les procureurs américains penchés sur le cas d'Enron ont réalisé des progrès considérables dernièrement, en amenant des escrocs d'envergure comme Andrew Fastow à plaider coupables et à témoigner contre leurs anciens collaborateurs. Mr. Fastow ira en prison pendant dix ans et les personnes contre lesquelles il témoigne auront une peine bien plus longue.

Les procureurs italiens mettent beaucoup d'ardeur à obtenir une peine similaire pour les patrons qui ont pillé Parmalat. Mais ces affaires vont bien au-delà du vol de sociétés et de trahison d'actionnaires. L'enjeu est de taille : la perception de l'équité du marché et le soutien politique universel aux politiques orientées vers le marché.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/r6sjjXo/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.