0

Le FMI évitera-t-il une crise mondiale ?

Lorsque les responsables de la finance mondiale vont se rencontrer ce mois-ci à Singapour dans le cadre des assemblées annuelles Banque mondiale-Fond monétaire international (FMI), ils seront confrontés à une question particulièrement importante : comment persuader les principaux membres du FMI, notamment les USA et la Chine, de désamorcer les risques posés par les déséquilibres commerciaux gigantesques que l'on observe au niveau mondial ?

Cette année, les USA emprunteront 800 milliards de dollars pour financer leur déficit commercial. Aussi incroyable que cela paraisse, les USA absorbent sensiblement les deux tiers des économies nettes réalisées au niveau mondial, une situation sans précédent.

Peut-être cette frénésie d'emprunt va-t-elle se calmer peu à peu, ainsi que le président de la Réserve américaine, Ben Bernanke, le croit. Néanmoins, la plupart des responsables financiers de la planète s'inquiètent à juste titre d'un réajustement précipité qui déclencherait une dépréciation massive du dollar et peut-être pire. Si les décideurs politiques continuent à rester les bras croisés, il n'est pas difficile d'imaginer une récession brutale au niveau mondial, ou même une crise financière dévastatrice.

Bernanke a sans doute raison de penser qu'une diminution progressive des emprunts est l'évolution la plus probable. Mais le bon sens suggère d'adopter quelques mesures prophylactiques, même si cela signifie que les USA, la Chine et d'autres responsables majeurs des déséquilibres commerciaux au niveau international devront en avaler la pilule. Malheureusement, il n'est pas facile d'amener les grands pays à s'intéresser véritablement à autre chose qu'à leurs impératifs de politique intérieure.