Peut-on se réjouir d'une hausse du prix du pétrole ?

Le baril de pétrole a dépassé le seuil des 40 dollars pendant l'été, et s'approche aujourd'hui des 55 dollars. On est encore loin des records atteints pendant la révolution iranienne de 1979, et on s'attend à une baisse et à une stabilisation autour de 45 dollars. Pourtant, cette flambée a poussé les prévisionnistes à modérer leurs hypothèses de croissance.

" Ces cours élevés devraient se maintenir, " affirme l'économiste américain Allen Sinai " avec des conséquences pour la croissance et l'inflation. " Il s'agit pour lui du " plus grand risque... depuis l'explosion de la bulle spéculative en 2000-2001. "

Or Allen Sinai n'est pas seul. Si le baril se stabilise à 40 dollars, il ne devrait y avoir pratiquement aucune répercussion sur la croissance du PIB dans le monde. En revanche, à 60 dollars, les prévisions seraient revues à la baisse, de 1 % par an.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xF3FK1M/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.